Né en 1988, je suis originaire de banlieue parisienne où je réside toujours. J’ai grandi dans une tour de béton, signée de l’architecte engagée Renée Gailhoustet, qui a réalisé tous les logements sociaux d’Ivry-sur-Seine. Cerné par les citées dortoirs, les pavillons et la zone industrielle, ce sont avant tout les dispositions spatiale de la ville, réalisées en collaboration avec Jean Renaudie, qui ont inévitablement marquées mon esprit.

Mon parcours professionnel, lui aussi, a un impact sur mes inspirations. Photographe-auteur depuis plus de 10 ans, j’ai été amené à travailler pour le monde de la mode, le milieu de la musique, celui du reportage ou de l’édition… Spécialisé dans le portrait et la nature morte, l’humain et son environnement ont toujours été au cœur de mon travail.

Depuis 2017, je construis mon propre univers en miniature alliant le volume et la mise en scène. L’habitat et la survivance sont deux éléments centraux de ma démarche. Autodidacte dans le monde de la sculpture et de la maquette, j’utilise beaucoup d’éléments de récupération. J’aime le principe de seconde vie et de recyclage par l’art pour la création. Le détail, la lecture et le sens sont directement lié à mes travaux photographiques antérieurs.

Mes pièces, pour la plupart, ont ce point commun de faire figurer un abri. Un abri pour l’homme, fait par l’homme, dont la figure n’est pas forcément présente. J’aime travailler sur la hauteur et sur l’inaccessible. La protection et l’abandon. Les icônes déchues et leurs symbolismes. La résistance et l’insoumission.

simonlaveuve@gmail.com

Simon Laveuve dessine ce théâtre miniature avec une distance impériale, des décors impeccables, des personnages aux aguets comme si aucune voix d’ailleurs ne pouvait venir les distraire de leur occupation. Ses questionnements inspirent sa démarche. Il raconte une histoire tel un promeneur traçant son sillon, construisant une narration en observant à dessein ses contemporains. Excès d’une société de consommation essoufflée, tags et pubs sur les murs, objets du quotidien, loisirs et plaisirs, environnement hostile ou nature généreuse s’entrecroisent et dialoguent. Tout à la fois chimériques et matérielles, ses sculptures-maquettes sont les partitions d’un monde polyphonique fait de fureur, de silence et d’amour.

« Chaos poétique » texte de Bernadette Caille